Algérie: Les manifestants s’accrochent face à un régime en perdition

- Publicité -

La secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT) algérien, Louisa Hanoune,  a été écrouée le 9 mai 2019. Son arrestation a fait suite à son audition par la justice militaire, dans le cadre d’une enquête pour «complots contre l’Etat et l’armée».

Pour la direction du PT, cette incarcération est une dérive gravissime et un acte de criminalisation de l’action politique indépendante dans le pays. «Il s’agit là d’une mesure contre le peuple algérien et sa mobilisation révolutionnaire entamée depuis le 22 février», a expliqué le parti algérien dans un communiqué publié sur Facebook.

Politologues et spécialistes des questions algériennes estiment que l’Algérie est à la croisée des chemins. Ils expliquent dans ce sens que, si Gaid Salah persiste dans sa politique de vengeance et de dénigrement envers ses ennemis et vis-à-vis de la rue, la confrontation entre l’armée et le peuple risque de se produite plus tôt que prévu. D’autres analystes prédisent l’éloignement de Gaid Salah par une fraction de l’armée. Les mêmes analystes soulignent que l’institution militaire algérienne est en proie à la division.

Le Ramadan n’a pas empêché les Algériens de manifester, comme chaque vendredi depuis le 22 février 2019. Les protestataires comptent poursuivre leur élan, jusqu’au départ de tous les symboles du régime.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here