Sahara-ONU: António Guterres appelle à la reprise du processus politique !

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé toutes les parties au conflit autour du Sahara à reprendre le processus politique en vue de parvenir à une solution à ce différend.

« Il est temps pour les parties de comprendre la nécessité d’un dialogue qui tend à aboutir à une solution » à la question du Sahara, « un problème qui dure depuis plusieurs décennies », a souligné Guterres lors d’une conférence de presse tenue le 21 janvier 2022 à New York.

Le SG de l’ONU a également indiqué qu’ »il est dans l’intérêt de tous de résoudre une fois pour toutes » ce différend au vu des défis auxquels est confrontée la région. « Il s’agit d’un problème qui dure depuis plusieurs décennies dans une région du monde où il y a des problèmes de sécurité d’extrême gravité et où nous voyons le terrorisme comme une menace qui prend de l’ampleur », a-t-il ajouté. Guterres a cité, dans ce cadre, les problèmes de sécurité dans la région du Sahel, en indiquant que « nous constatons de plus en plus ces problèmes sur la côte ». A la lumière de ces défis, « il est temps pour les parties de comprendre le besoin pour un dialogue qui tend à aboutir à une solution et non pas à maintenir un processus sans fin et sans l’espoir certain d’une solution », a poursuivi le SG de l’ONU.

L’appel de Guterres intervient à l’heure où son Envoyé personnel pour le Sahara, Staffan de Mistura, a bouclé boucler une visite dans la région. Ce déplacement s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la résolution 2602 du Conseil de Sécurité, adoptée le 29 octobre 2021, dans laquelle l’Instance exécutive de l’ONU réitère son appel aux parties, en l’occurrence le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le  polisario , à reprendre le processus des tables rondes, dans un esprit de réalisme et de compromis, pour parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique, durable et basée sur le compromis.

Le SG de l’ONU a également indiqué qu’ «il est dans l’intérêt de tous de résoudre une fois pour toutes » ce différend au vu des défis auxquels est confrontée la région. «Il s’agit d’un problème qui dure depuis plusieurs décennies dans une région du monde où il y a des problèmes de sécurité d’extrême gravité et où nous voyons le terrorisme comme une menace qui prend de l’ampleur », a-t-il ajouté.

António Guterres a cité, dans ce cadre, les problèmes de sécurité dans la région du Sahel, en indiquant que « nous constatons de plus en plus ces problèmes sur la côte ». A la lumière de ces défis, « il est temps pour les parties de comprendre le besoin pour un dialogue qui tend à aboutir à une solution et non pas à maintenir un processus sans fin et sans l’espoir certain d’une solution », a poursuivi le SG de l’ONU.

- Publicité -

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here