Gaza: Israël joue le Hamas contre le jihad islamique

Les frappes de l’armée israélienne Tsahal ont fait 34 morts. En grande majorité des membres des brigades armées de Gaza célébrés en «martyrs» par leurs factions respectives, mais aussi leurs proches, trois femmes et huit enfants tués (1) dans la destruction ciblée des maisons de plusieurs gradés du Jihad islamique palestinien (JIP). On compte en outre une centaine de blessés dans l’enclave palestinienne. Ce micro-conflit –baptisé «Opération ceinture noire» par Israël– a entériné une nouvelle réalité jusqu’ici implicite. C’est le Jihad islamique qui, jeudi matin, a négocié, seul, le frêle cessez-le-feu avec Israël, le Hamas s’étant tenu à l’écart des hostilités comme des négociations. Force est de constater qu’Israël, contrairement à son discours officiel, fait désormais le distinguo, à la vue de tous, entre «bons» et «mauvais terroristes», les pragmatiques et les fanatiques, le Hamas d’un côté et le JIP de l’autre. De son côté, le Hamas, malgré des communiqués de soutien fraternel à l’endroit du Jihad islamique, s’est comporté objectivement en allié d’Israël, laissant Tsahal abattre plusieurs commandants et sous-officiers de sa faction-sœur sans se joindre à la riposte.

Depuis plusieurs mois, à travers la presse, l’appareil militaire israélien distille une petite musique à longueur de points presse, décrivant le Jihad islamique comme le fauteur de trouble et principal obstacle à une trêve de longue durée entre Israël et le Hamas, lequel réclame en contrepartie un allègement du blocus.

Patrice Zehr

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here