Saisie d’environ 1 tonne de cocaïne au Maroc (Photos)

2M
- Publicité -

La Brigade de lutte contre le crime organisé relevant du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) a arrêté samedi matin, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire national, 7 personnes pour leurs liens présumés avec un réseau criminel transnational actif dans le trafic international de cocaïne entre le Maroc, l’Amérique latine et l’Europe.

En effet, les fouilles menées dans le cadre des efforts inlassables déployés en matière de lutte contre les réseaux criminels spécialisés dans le trafic international de la cocaïne, se sont soldées par la saisie d’un camion immatriculé au Maroc chargé de 30 paquets de cocaïne fortement dosée, dont le poids est d’environ 1 tonne et 4 kilogrammes, deux canots pneumatiques, un GPS, un moteur hydraulique et de deux 4*4, dont l’un est lié à un coffre d’attelage.

Le cerveau de cette opération a été arrêté ainsi que 6 autres auteurs et complices, aux antécédents judiciaires en matière de trafic de drogue et dont l’expérience et l’expertise ont été exploitées pour réussir cette opération criminelle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les premiers éléments d’information révèlent que les quantités de cocaïne saisies ont été trafiquées de l’un des pays de l’Amérique latine par un navire commercial avant d’être déchargées au large des eaux continentales du Royaume et transférées ensuite à bord d’un navire de pêche côtière vers les côtes d’El Jadida. La cocaïne a été ensuite chargée vers la plage située en face de la forêt « Bounaim » via des canots pneumatiques et transférée par voie terrestre à bord d’un camion de légumes.

Les expertises techniques réalisées par le laboratoire de la police scientifique ont montré que les quantités saisies contiennent de la cocaïne brute fortement dosée, susceptible de générer des quantités décuplées après son découpage et mélange aux produits chimiques et psychotropes.

Les suspects ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, alors que le BCIJ continue ses investigations pour détecter des ramifications de ce réseau criminel au niveau régional et international et d’éventuels liens à l’intérieur du Maroc ou à l’extérieur avec la mafia internationale et les cartels criminels de l’Amérique du Sud.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here