Coalition anti-Daech, Sahara, Alger : Ce communiqué du (profond) dépit…

Un profond dépit, mais pas seulement… 

Un profond dépit, c’est d’abord ce qu’exprime le rageur et si peu diplomatique communiqué de la Diplomatie algérienne, publié à la suite de la clôture de la Réunion ministérielle de la Coalition mondiale contre Daech, tenue à Marrakech les 11 et 12 mai 2022.

Dans ce grand événement auquel ont invité le Maroc et les États-Unis (La 1ère réunion de la Coalition anti-Daech en Afrique) et qui a été dédié à la lutte contre le terrorisme sous toutes ses facettes, le Département des Affaires étrangères algérien n’a vu que les activités parallèles de la Diplomatie marocaine visant à défendre son intégrité territoriale ; et les succès que cette dernière a engrangés dans ce cadre autour de la question du Sahara, cause première du Maroc.

Alger a –dans ce communiqué- explicitement accusé «le pays hôte» (le Maroc) d’avoir «transformé ce rassemblement en un événement consacré à la question du Sahara…». 

N’y allant pas du dos de la cuillère, le communiqué n’hésite pas à parler  d’«opération de marchandage qui a accompagné les travaux de cette conférence et qui a ciblé plusieurs participants étrangers»,  d’«initiative internationale déviée de son objectif déclaré», de «tentative infâme de faire revivre une proposition mort-née à sa présentation en 2007» (il s’agit là de la proposition d’autonomie élargie proposée par le Maroc pour clore le problème du Sahara),  de «manœuvres absurdes», de «défiguration de la lutte mondiale contre le terrorisme», etc. etc.

La première question que l’on se pose, à la lecture de ce communiqué, c’est «comment un Département en charge de la Diplomatie de tout un Etat peut-il se permettre de se lâcher de cette manière ? Sans retenue aucune… Ne serait-ce que par égard pour le pays qu’il représente, pour sa crédibilité, pour la fonction qu’exercent ses représentants…

A Alger, ni les responsables au Sommet de l’Etat, ni ceux à la tête de la Diplomatie de ce pays (RamtaneLaamamra et son «Iznogood» qui rêve d’être Calife à la place du calife, Amar Belani)n’en ont cure ! 

Leur haine obsessionnelle contre le Maroc les aveugle au point de ne plus faire de distinction entre ce qu’ils peuvent faire sans se porter préjudice à eux-mêmes et ce qu’ils ne peuvent pas faire s’ils veulent préserver leurs intérêts. 

La volonté démesurée de nuisance ne laisse pas de place à la réflexion !

La 2ème interrogation que suscite ce communiqué, c’est «pourquoi toute cette rage ?».

Le Régime algérien ne répète-t-il pas urbi et orbi que la question du Sahara n’est pas son problème ? C’est bien ce que disait le Président Tebboune au Secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, il y a tout juste quelques semaines, lors de la visite de ce dernier à Alger ?

En quoi donc l’Algérie est-elle concernée par les efforts diplomatiques que déploie le Maroc pour défendre le problème qui est le sien ? Un problème qui n’en est pas seulement un parmi d’autres, mais qui est «LA CAUSE PREMIERE DES MAROCAINS»… Celle de son intégrité territoriale, pour laquelle il se bat depuis son indépendance ! 

Car Alger a beau déployer son arsenal de guerre communicationnelle en utilisant son armada médiatique, ni les mots maniés comme des armes contre le Maroc (du genre: occupant, occupation, indépendance, décolonisation…), ni les discoursconcoctés, pour la consommation d’abord de sa propre opinion publique, ensuite pour «qui a encore oreille» dans la communauté internationale… Cela ne changera rien à une réalité historique et intangible: le Sahara est marocain et le Maroc le réclame depuis son indépendance (au risque de nous répéter)… Depuis 1956 devant l’ONU… Date à laquelle ni le Polisario, ni l’Algérie n’existaient !!

Quant à évoquer le droit international et à parler de «proposition morte à sa naissance», il n’y a qu’un aveuglement total, ou une mauvaise foi intégrale (ou les deux à la fois) qui empêchent de voir que le droit international –en l’occurrence 19 Résolutions du Conseil de Sécurité- dit et répète depuis 2007 que la proposition du Maroc est «sérieuse et crédible».

Cette proposition est tellement «morte», est-on tenté de répondre au communiqué de Laamamra et de son «Iznogood» Belani, qu’on ne tient plus les comptes des pays qui y adhèrent. Des Etats Unis en 2020, aux Pays-Bas cette semaine, en passant par l’Allemagne, l’Espagne, toutes les Monarchies du Golfe, l’Egypte, la Turquie, 24 Etats d’Afrique et d’ailleurs qui ont ouvert un consulat au Sahara, etc. 

En plus de ce nombre impressionnant de délégations diplomatiques qui ont annoncé pour la première fois, ou confirmé encore une fois, leur soutien à l’initiative d’autonomie, à l’occasion de la Réunion de la Coalition mondiale anti-Daech de cette semaine.

Soutiens multiples qui ont ajouté à la rage des responsables algériens lesquels perdent sur tous les terrains… Y compris celui du Gaz, le coup de fil du Président Poutine à Tebboune et la visite en Algérie du ministre russe des AE, Sergeï Lavrov, il y a quelques jours, avec leurs exigences de neutralité (voire plus) ayant réduit à néant les espoirs du Régime algérien de mettre à profit la guerre d’Ukraine pour exercer son chantage au Gaz sur l’Europe (et renflouer ses caisses)…

Ce communiqué de l’indignité est un lamentable exutoire, une démonstration à l’international du niveau d’hystérie atteint par le Pouvoir d’Alger.   

Bahia Amrani

- Publicité -

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here