Corée du Nord: 10 ans de King Jong-un !

Arrivé très jeune à la tête de la Corée du Nord il y a dix ans, Kim Jong-un est désormais l’un des dirigeants les plus expérimentés de la planète et, selon les analystes, pourrait défier les puissances occidentales pendant encore des décennies.

Dix ans lors desquels ce successeur juvénile a affirmé son autorité implacable en faisant assassiner des membres de sa famille, en poursuivant coûte que coûte sa stratégie nucléaire ou en parvenant à s’assoir à la table des négociations internationales avec le frère ennemi ou le diable lui-même, les Etats-Unis.

Contrairement à nombre de ses homologues, Kim Jong Un n’a pas à s’inquiéter d’élections, d’une limitation de ses mandats ni même, à 37 ans, de son âge, et pourrait rester en poste pendant plusieurs dizaines d’années, si sa santé le lui permet. Le chemin parcouru lors des dix dernières années laisse entrevoir, selon les experts, la trajectoire à venir, entre isolement et développement de la technologie nucléaire, s’invitant sur la scène diplomatique auprès des dirigeants les plus puissants du monde. «Il ne peut pas nourrir les gens, mais il est capable de maintenir son régime politique en survie» avec ses armes, estime Soo Kim, analyste chez Rand Corporation. «Et c’est plus important pour Kim».

D’abord perçu comme l’homme à la main des généraux nord-coréens et des bureaucrates du Parti des travailleurs, le fils et successeur de Kim Jong Il, mort le 17 décembre 2011, a installé son autorité avec brutalité, faisant exécuter son oncle par alliance Jang Song Thaek pour trahison en 2013. Il a aussi été accusé d’avoir commandité l’assassinat de son demi-frère Kim Jong Nam, tué à l’aéroport de Kuala Lumpur à l’aide d’un agent neurotoxique en 2017.

Dans le même temps, Kim a procédé à quatre essais nucléaires et au lancement en 2017 de missiles balistiques pouvant atteindre l’ensemble du territoire continental des États-Unis, défiant au passage les sanctions de plus en plus sévères du Conseil de sécurité des Nations unies. Pendant des mois, Kim Jong-un a déployé une rhétorique virulente à l’encontre du président américain Donald Trump, laissant craindre un conflit armé dans la péninsule coréenne. Il a ensuite déclaré l’arsenal nucléaire nord-coréen «complet» et est venu frapper à la porte des autres puissances.

P. Zehr 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here