Gestion migratoire: La France salue l’engagement du Maroc !

La France a salué l’engagement du Maroc exprimé par l’Instruction Royale du 1er juin 2021, d’accepter le retour des mineurs isolés d’origine marocaine présents sur le territoire européen, a fait savoir le ministère des Affaires étrangères français.

«Cet engagement vient souligner notre volonté commune de traiter au mieux cette question difficile, sur laquelle la France et le Maroc ont des échanges réguliers qui ont permis l’adoption d’une procédure commune relative à la prise en charge des mineurs non accompagnés», a souligné  le Quai d’Orsay.

Concernant la question migratoire, le ministère français des Affaires Etrangères a indiqué par ailleurs, que la France est pleinement disposée à poursuivre le travail de coopération judiciaire afin de faciliter des placements transfrontaliers.

«Nous nous tenons aux côtés de nos partenaires marocains pour œuvrer à une gestion mutuelle des enjeux migratoires dans un esprit de confiance et de partenariat. (…) Le Maroc est un partenaire essentiel pour l’Union européenne, notamment sur la question des flux migratoires. La France souhaite que cette coopération se poursuive et se renforce», a conclu le Quai d’Orsay.

Pour rappel, Sa Majesté Mohammed VI a bien voulu réitérer ses Hautes Instructions aux ministres de l’intérieur et des Affaires Etrangères afin que la question des mineurs marocains non accompagnés, se trouvant en situation irrégulière dans certains pays européens, soit définitivement réglée.

Un communiqué conjoint des deux départements concernés, publié le 1er juin 2021, avait souligné « l’engagement clair et ferme du Royaume du Maroc à accepter le retour des mineurs non accompagnés dûment identifiés ».

Des mécanismes de coopération ont été mis en place à cet effet avec certains pays, notamment la France et l’Espagne et qui ont abouti au retour au Maroc de plusieurs dizaines de mineurs, a précise le communiqué qui a rappelé la disposition du Maroc à collaborer, comme il l’a toujours fait, avec les pays européens et l’Union Européenne (UE), pour le règlement de cette question.

- Publicité -

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here