Tamaris-Ouezzane-Chefchaouen: la cellule terroriste démantelée s’apprêtait à commettre un carnage

Le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), a fait éviter au Maroc un véritable bain de sang. 

La cellule terroriste démantelée vendredi 25 octobre 2019 à Tamaris, Ouezzane et Chefchaouen, projetait de mener une opération de grande envergure dans le Royaume, en vue de semer la psychose parmi les citoyens et porter atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat.

Un bain de sang évité de justesse

Lors du point de presse tenu lundi 28 octobre 2019 à Salé, consacré à la présentation des dernières données relatives à cette opération antiterroriste, le directeur du BCIJ Abdelhak Khiam a fait savoir que le projet terroriste de la cellule démantelée trois jours plus tôt, était dans un stade avancé et visait des sites très sensibles au Maroc, notamment à Casablanca.  Les membres de cette cellule, a précisé Khiam, prévoyaient d’établir leur base-arrière dans le nord du Royaume où ils disposaient de maquis et de planques sécurisées et ce, dans la perspective de proclamer une wilaya affiliée à Daech sous l’appellation «Wilayat Al Maghrib Al islami». Le responsable sécuritaire a, en outre, indiqué que son chef de file,  a reçu un émissaire de Daech qui lui a assuré la disposition de cette organisation à lui fournir la logistique nécessaire pour mener des actes terroristes dans le Royaume.

Saisie d’un véritable arsenal de guerre 

Le directeur du BCIJ a par ailleurs relevé que cette opération antiterroriste s’est soldée par la saisie d’un lot d’armes à feu composé de deux fusils, trois pistolets automatiques, de diverses munitions, des ceintures pour cartouches, d’armes blanches de grande taille, des épées, des sacs en plastique de grande taille contenant des produits chimiques suspects pouvant entrer dans la fabrication d’explosifs, des menottes, de matériel de plongée et de deux arbalètes de pêche. Les services de sécurité ont également saisi deux paires de jumelles, une caméra, des talkies-walkies, des téléphones portables, deux boussoles, des cagoules, une paire de gants, une moto, des sommes d’argent en monnaie nationale et en devise étrangère, ainsi que deux étendards de «Daech» et des manuscrits dont un texte d’allégeance à Abou Bakr Al Baghdadi. Le pseudo-calife de ce groupe terroriste a été tué dans la nuit du 27 au 28 octobre 2019, dans un raid américain dans le nord-est de la Syrie. Le président américain Donald Trump qui a annoncé la nouvelle, a indiqué que Baghdadi «est mort comme un chien (…)».

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here