Distinction : La journaliste Khadija Benichou, primée

- Publicité -

La première édition du Prix de la presse de la Fondation Salé pour la culture et l’art, a dernièrement rendu un hommage à un groupe de journalistes pour leurs articles ayant pour thématique principale la ville de Salé. Parmi eux, notre consœur Khadija Benichou fait figure d’exception. Cette talentueuse journaliste est d’une modestie et d’un humanisme qui font d’elle une femme très appréciée par ses collègues et confrères.

Connue pour son professionnalisme, son sérieux et son dévouement à son métier, cette belle plume d’«Assahra Al Maghribia» a été récompensée pour son article «La coopérative Sultana révèle l’importance de soutenir des projets générateurs de revenus». Elle a remporté le Prix d’encouragement lors de cette première édition du Prix, initiée par la Fondation.

En 2006, Khadija Benichou a rejoint la rédaction d’«Assahra Al Maghribia» en tant que journaliste dans la rubrique «Société». Journaliste de terrain, elle a su, depuis lors, garder toute sa motivation pour exercer une des professions les plus difficiles. Elle avait commencé à vivre sa passion à «La Mañana», publication hispanophone éditée autrefois par le groupe «Le Matin».

À rappeler que le Prix d’argent de la première édition du Prix de la presse de la Fondation Salé pour la culture et l’art a été remporté ex aequo par le journaliste Abdellah Assoul d’«Al Ahdath Al Maghribia» pour son article «La Visite Royale: Salé une ville à deux vitesses», et le journaliste Mustapha Chakiri d’«Assabah» pour son article «Les barques de Salé, victimes du tramway».

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here