Fiscalité: Les 10 travaux de Benchaaboun

- Publicité -

Fiscalité, équité, confiance, nouveau modèle de développement… Ce sont là, un ensemble d’éléments qui constituent les pièces du puzzle, qu’il incombe aujourd’hui, à Mohammed Benchaaboun, ses proches collaborateurs, la Direction Générale des impôts, ainsi qu’aux équipes des services et administrations relevant du ministère des Finances, de  monter. Et ce, sans la moindre faille, afin d’atteindre les objectifs tracés lors des Assises nationales sur la Fiscalité, tenues les 3 et 4 mai courant à Skhirat, avec le succès qui leur a été unanimement reconnu.

Des objectifs clairs, dont principalement la mise en œuvre d’une loi-cadre, aujourd’hui sollicitée par tous les intervenants. Laquelle loi permettra l’avènement d’un système fiscal en mesure d’accompagner le nouveau modèle de développement, avec une nouvelle dimension et une nouvelle entité, à savoir «la Région»…

Le gros travail de tous, fourni pour la réussite des Assises qui se sont tenues dans un contexte un peu particulier, traduit la volonté qui anime toutes les parties et les incite à aller de l’avant et vite, puisque le délai fixé est de 5 ans. Et parce qu’il y a surtout lieu d’élaborer la loi-cadre qui consacre les recommandations des Assises et que le Gouvernement devra présenter pour adoption durant la présente session parlementaire…

Il faudra aussi profiter de la forte mobilisation qui a marqué la préparation des Assises.

Ces dernières ont, en effet, été une vraie réussite, vu l’esprit de concertation et de partage qui a marqué cette phase.

Il reste à tirer profit du total engagement ayant marqué la participation de tous, pour mener l’indispensable refonte de l’arsenal fiscal national.

Un véritable climat de dialogue franc, ouvert et collaboratif a prévalu tout au long des phases préparatoires; et une démarche inclusive et participative a permis de recueillir les contributions de toutes les parties prenantes…

A noter également la qualité des débats à Skhirat et la pertinence des recommandations retenues.
Engagement, certes, mais il faut aussi dire que si tout le monde est bien engagé, la convergence n’est pas toujours de mise. D’où, une délicate tâche de la créer autour d’une vision globale. Lourde tâche qui s’ajoute à celle d’établir une relation sereine et responsable entre l’Administration des impôts et le contribuable, de restaurer la confiance, de redonner de la visibilité et de stimuler l’investissement créateur d’emplois et de valeur.

Autre mission à laquelle Benchaaboun et son département devront s’atteler est bien celle de parvenir à réformer, mais d’une manière courageuse et adaptée aux évolutions de l’économie et de la société. C’est dire qu’il leur faudra aboutir à une réforme qui tienne compte des mutations actuelles et futures de l’environnement socio-économique du pays, c’est-à-dire, une réforme basée sur l’équité, la transparence, la responsabilité, la citoyenneté et la solidarité…

Un travail entamé dès la fin des deux jours qu’ont duré les Assises, comme confirmé d’ailleurs par Mohamed Benchaaboun qui, se réjouissant de la qualité des débats et des conclusions qui en ont découlé, s’était dit «particulièrement touché par la mobilisation que ce chantier a engendrée». Et le ministre de faire part de cette décision de se mettre au travail, compte tenu de l’urgence et de la nécessité de la chose. Il a ainsi fait savoir: «Il n’est de réforme viable que celle qui est portée par tous… Après avoir récolté toutes ces précieuses réflexions, nous allons nous atteler immédiatement à préparer un projet de loi-cadre qui va donner corps et sens à nos travaux et leurs résultats et, ainsi, constituer le référentiel des prochaines lois de Finances des cinq prochaines années».

Benchaaboun n’est certes pas Hercule, mais les 10 recommandations des Assises sont les 10 gros travaux qui l’attendent !

H.Dades

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here