Abdallah Ibrahim: L’histoire des rendez-vous manqués

- Publicité -

Dans cet ouvrage qui vient de paraître chez «La Croisée des chemins»,  Zakya Daoud livre, dans une biographie fascinante, le destin de cette figure exceptionnelle, et fort méconnue, de la politique marocaine

L’auteure raconte l’histoire d’Abdallah Ibrahim qui fut Président du Conseil du gouvernement marocain fin 1958 à mi 1960. Une courte durée, un an et demi, qui marquera par ses réalisations et ses ambitions de son empreinte le paysage politique marocain.

Pourtant, peu de Marocains savent aujourd’hui qui est Abdallah Ibrahim. Quelques uns se souviennent vaguement d’un homme politique. Les plus âgés se rappellent du Président du conseil qui, au début des années 60, fit bouger les lignes.

Presque personne ne mesure l’importance de cette figure d’autorité morale et de conscience politique, cet humaniste porteur d’une éthique intransigeante qui a bataillé contre toutes les formes d’inertie. Distancié vis-à-vis des traditions et de la religion, il a réfléchi sur l’histoire et sur l’islam et proposé des réflexions détonantes.

Ce qu’il a essayé de faire dans ces années 30-60, qui sont le socle du Maroc actuel, fut révolutionnaire. Abdallah Ibrahim a su également résister à l’opportunisme politique et a fait de sa vie un reproche vivant et permanent à toutes les entreprises de corruption.

Cet honnête homme était attentif aux autres et méprisait l’argent; deux attributs suffisamment rares pour susciter la curiosité.

La pensée de cet intellectuel issu du Maroc ancestral, engagé dans le combat de l’indépendance et de la construction, mérite donc d’être connue et reconnue.

C’est ce que tente de faire cette biographie en retraçant l’histoire de ses rendez-vous manqués, plutôt celle des occasions perdues sur le chemin de l’émancipation et du développement du Maroc. Abdallah Ibrahim demeure à ce jour le porteur d’une espérance déçue.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here