Industrie du cahier. Enquête antidumping: La décision du ministère enfin connue, mais…

- Publicité -

Le Ministère de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie Numérique vient de publier, sa détermination finale recommandant l’imposition de mesures antidumping définitives…

En effet, plus de 17 mois  après l’ouverture de l’enquête antidumping sur les importations des cahiers originaires de Tunisie, le Ministère de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie Numérique (MIICEN) a publié son rapport final d’enquête et les conclusions sont formelles: les exportateurs tunisiens de cahiers se livrent à des pratiques de dumping agressives et sans équivoque qui causent un dommage à l’industrie marocaine de cahiers.

Ces conclusions, qui ont été adoptées malgré la pression déplacée exercée par la Tunisie sur le Maroc dans un dossier pourtant technique, estiment, à cet effet, les professionnels marocains, viennent confirmer les grandes inquiétudes de l’industrie marocaine des cahiers qui subit depuis de nombreuses années un dommage en raison des importations massives de cahiers originaires de Tunisie.

Cette tendance a tellement été exacerbée que la part des importations de cahiers tunisiens a atteint 92% du total des importations ne laissant aucune place à la concurrence. Les facteurs et indices économiques analysés par le MIICEN traduisent l’incidence négative de ces importations sur la situation de l’industrie nationale à un niveau tel que l’un des plus grands producteurs nationaux a dû arrêter de produire en 2017.

Si l’industrie marocaine accueille favorablement les conclusions du MIICEN contenues dans le rapport final d’enquête, elle constate néanmoins une réduction importante des marges de dumping au stade final : ainsi les marges de dumping qui avaient été provisoirement fixées à 33,77% et 51,06% sont tombées à 27,71% et 15,69%.

L’industrie marocaine de cahiers s’interroge sur l’opportunité d’une telle baisse des marges de dumping au regard de l’intensité des pratiques déloyales des exportateurs tunisiens sur le marché marocain. En effet, une marge définitive fixée à 15% pour un exportateur tunisien semble sous-évaluée au regard de son comportement agressif, est loin d’être dissuasive et apparait largement insuffisante pour protéger efficacement l’industrie marocaine.

De plus, compte tenu de l’importance du marché marocain pour les exportateurs tunisiens, qui représente étonnamment environ la moitié de leurs chiffres d’affaires dans le secteur des cahiers, il y a fort à parier que ces derniers n’hésiteront pas à user de pratiques douteuses visant à saper les effets correctifs du droit antidumping.

« Au regard du comportement extrêmement agressif des exportateurs tunisiens, ces préoccupations seront suivies de près par l’industrie marocaine se tenant prête à utiliser tous les moyens de droit pour assurer les conditions d’une concurrence loyale sur le marché marocain », conclut la partie marocaine dans sa position quant à la situation qui n’a fait que perdurer.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here