Moulay Hafid Elalamy : Approche régionalisée pour un nouveau palier d’émergence

- Publicité -

L’industrie adopte à son tour une approche régionalisée, afin d’accéder à un nouveau palier d’émergence, de localiser les activités productives au plus près des citoyens et de capitaliser sur le potentiel de toutes les régions du Royaume. Pour Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, la déclinaison régionale du Plan d’Accélération Industrielle 2014-2020 (PAI) pour la région de Souss-Massa vient conforter la démarche de régionalisation du Royaume. Cette démarche vise à mettre le citoyen au cœur du processus de développement et des politiques publiques, afin de lui permettre d’exprimer pleinement son potentiel et de bénéficier des opportunités que recèle sa région. Selon Elalamy, l’analyse de la Région de Souss-Massa fait ressortir une évolution notable de ses infrastructures, avec 7.000 km de routes, 250 km d’autoroutes, un aéroport international et 8 zones industrielles.
Cette région dispose également d’expertises fortes et reconnues qui en font la première région exportatrice d’agrumes. La région contribue aussi à 35% de la pêche nationale et assure 18% du tourisme.
S’agissant du secteur industriel, la région de Souss-Massa bénéficie d’atouts certains, en particulier pour l’agro-alimentaire. Elle  présente aussi un fort potentiel dans des secteurs tels que le cuir, l’offshoring et les équipements automobiles.
Malgré ces atouts, la Région de Souss-Massa enregistre, selon le ministre, un déficit d’investissements industriels, dans la mesure où elle n’a pu capter que trois grands projets industriels, sur les 46 qui ont été approuvés par la Commission Nationale des Investissements; et que «la mobilisation du foncier de l’Etat n’a concerné que 296 hectares, soit huit fois moins que les régions de Marrakech-Safi ou de Tanger-Tétouan-Al Hoceima».
Pour remédier à ce déficit, la déclinaison du PAI par région a fait l’objet d’une approche volontariste, visant à conforter les secteurs industriels existants, tout en développant de nouveaux créneaux, a relevé Elalamy, citant, à titre d’exemple, l’infrastructure du secteur de la construction navale qui engagera au niveau national près de 5 milliards de dirhams d’investissement, dont une composante Chantier Naval Souss-Massa qui y est déjà intégrée.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here