RSE: Quand le football s’accorde au féminin

Un débat autour du «rôle de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) dans le développement du football féminin professionnel», a été organisé le 22 avril 2022. 

Lors de cet événement plusieurs acteurs politiques, privés, publics et sociaux sont intervenus dont Nabila Rmili, la maire de Casablanca, les représentants de la fédération royale marocaine du football, de la ligue nationale du football féminin, les représentants de quelques clubs ayant une précédente expérience en section féminine professionnelle, Mohamed Horani, le Président du Conseil d’administration de HPS et membre du conseil économique et social, pour débattre sur les différentes manières que pourrait utiliser le secteur privé dans sa stratégie RSE pour soutenir les clubs sportifs féminins marocains.

Les femmes jouent au football depuis la fin du 19e siècle en Angleterre et en Écosse. Le premier match en effet, a été joué grâce à leur initiative en 1881 et le premier championnat a eu lieu en France en 1917. Ce n’est qu’avec la coupe du monde féminine, qui a été beaucoup médiatisée, surtout aux Etats-Unis, que le football féminin a été mis en avant. La première édition du championnat marocain fut lancée en 2002. Durant toute la décennie précédente, le Maroc a continué à développer le football féminin avec notamment, le plan Marshall mis en place par la Fédération royale marocaine de football (FRMF), depuis deux ans. Aujourd’hui, les clubs du championnat marocain D1 et D2 évoluent dans un niveau professionnel.

L’exclusion de la femme dans le football ainsi que son émancipation étaient les principaux sujets discutés. En effet, malgré les efforts déployés par les politiques publiques et la fédération de la ligue nationale du football féminin, le football féminin, au Maroc, connait plusieurs limites. Le défi pécuniaire, les problèmes d’infrastructures et le statut octroyé à la femme dans la société marocaine sont les principaux freins de la promotion du football féminin marocain.

Ainsi, il est essentiel que les acteurs du secteur privé interviennent pour mettre en place des mesures efficaces afin de rendre le football un sport universel mais aussi pour promouvoir l’égalité des sexes. Des mesures comme proposer le football dans les établissements scolaires, soutenir les associations membres et former le personnel sportif, à savoir les entraineurs et arbitres, ont été proposées.

- Publicité -

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here