Enseignement: Le Maroc redéfinit les modalités de recrutement des enseignants

Mise en place d’une procédure de pré-sélection au concours écrit, lettre de motivation exigée des candidats pour évaluer l’intérêt pour les métiers de l’éducation, exemption de la phase de pré-sélection pour les titulaires de licence d’éducation et la fixation de l’âge de 30 ans pour accéder au concours.

Tels sont les principaux changements qui entreront en vigueur dans le processus de recrutement des enseignants et des cadres administratifs des Académies de l’éducation et de la formation.

Le concours de recrutement des enseignants et des cadres administratifs connaîtra à compter de cette année (2021), des innovations importantes, a annoncé le ministère de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports.

Suite à l’organisation du concours de recrutement des enseignants et des cadres administratifs, des innovations importantes ont été introduites dans le cadre de la réforme pour une renaissance éducative, précise le ministère que dirige Chakib Benmoussa.

Il s’agit, notamment, de la mise en place d’une procédure de pré-sélection au concours écrit sur la base de critères objectifs et rigoureux, afin de renforcer la sélectivité du concours, et l’attractivité des métiers de l’enseignement pour les meilleurs candidats, fait savoir la même source, expliquant que les critères pris en compte seront la mention obtenue au baccalauréat, celle de la licence et la durée pour l’obtention de cette dernière. Le concours sera, également, marqué par l’introduction d’une lettre de motivation exigée des candidats pour évaluer l’intérêt pour les métiers de l’éducation et favoriser ainsi les vocations, relève le ministère de l’Education nationale, ajoutant que les titulaires de licence d’éducation seront exemptés de la phase de pré-sélection et seront, donc, soumis directement au concours écrit, une disposition qui contribue à encourager les parcours de formation longs en 5 ans renforçant la professionnalisation du métier. Aussi, l’âge maximum requis est désormais fixé à 30 ans afin d’attirer des candidats jeunes dans la profession d’enseignant, dans l’objectif de s’assurer leur engagement durable pour l’école publique et d’investir dans la formation et le développement de leur parcours professionnel.

Ces nouvelles dispositions constituent une première étape dans le processus d’amélioration du recrutement et de l’attractivité des métiers de l’éducation au Maroc.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here