L’éducation à la biodiversité: Un enjeu majeur d’aujourd’hui pour demain

Activité de sensibilisation organisée au lycée Jaafar Elfassi El Fehri à l’occasion de la journée mondiale des zones humides. Le 13 février 2020 (source: club d’environnement)

Afin de participer au concours des Jeunes Reporters pour l’Environnement, organisé par la Fondation Mohammed VI pour l’Environnement, en partenariat avec le ministère de l’Education nationale, les élèves du Lycée Jaafar El Fassi El Fehri (Casablanca) ont présenté cette contribution. Le concours a pour thème: «Education à l’environnement et préservation de la biodiversité». Le texte est signé par les élèves Douaa Belmoudden, Safaa Byhya, Oumayma Youtii, Firdaous Zai, Othmane Firkatoune et Mohamed Amine Berghach (encadrés par leur enseignante Siham El Malki).

Biodiversité marocaine: entre grande richesse et menaces réelles 

Le Maroc présente une grande diversité de situation géographique, entre l’Afrique et l’Europe, l’Atlantique et la méditerranée, Cette disparité biogéographique est à l’origine de la très grande diversité des habitats, de la faune et de la flore. La biodiversité Marocaine figure au 2ème rang après celle de la Turquie avec un taux d’endémisme de 20 % à l’échelle de la Méditerranée.

Outre cet intérêt écologique, la biodiversité occupe une place importante dans le développement socio-économique du pays, Mais malheureusement, elle reste soumise à des menaces par de multiples activités anthropiques, notamment l’urbanisation, la surpêche …

Comment peut-on protéger cette biodiversité?

La préservation de la biodiversité passe par la réintroduction d’espèces, la limitation de la déforestation, mais également par la sensibilisation et l’éducation. Dans ce sens, l’éducation à la biodiversité est un enjeu majeur d’aujourd’hui pour demain. Elle est devenue une question vitale qui apparait essentielle pour la formation des citoyens écologiquement responsables. Comme nous a expliqué Monsieur Tarik Arsalan, délégué provincial du ministère de l’éducation nationale de la préfecture Moulay Rachid à Casablanca «l’éducation à la biodiversité vise à sensibiliser nos enfants qui sont les citoyens de demain. La planète terre n’appartient à personne, elle appartient à tout le monde et la biodiversité doit être protégée pour les générations futures. L’éducation est le moyen le plus fructueux qui peut produire un changement à long terme».

L’éducation à la biodiversité dans les établissements scolaires: une priorité 

Depuis la mise en œuvre de la charte de l’environnement et la charte nationale pour l’éducation, l’intégration de l’éducation environnementale dans le processus éducationnel est devenue une composante essentielle. L’école joue plus que jamais un rôle important pour éveiller les élèves aux enjeux environnementaux. Dans une déclaration aux jeunes reporteurs pour l’environnement, Mme El Hamoumi Rhimou, Enseignante chercheur à la Faculté des Sciences de Ben Msik, également présidente du Groupe de Recherche Pour la Protection des Oiseaux du Maroc GREPOM/Birdlife « l’école constitue un contexte favorable pour l’éducation à la biodiversité, un enfant est une page blanche, tout ce qu’on veut faire passer que ce soit de bon ou de mauvais, on peut l’inculquer à cet âge, l’enfant a plus d’habilité aux changements de comportements, et il est le meilleur vecteur de propagation d’un message d’avenir».

A Moulay Rachid, des écoles primaires et secondaires engagées pour le développement durable et la préservation de la biodiversité 

Aujourd’hui, plusieurs établissements scolaires se lancent dans des projets d’éducation relative à l’environnement et à la biodiversité. Parmi lesquels, on cite: 

Le club d’environnement au Lycée Jaafar El Fassi El Fehri: Une structure qui contribue à développer la prise de conscience et améliorer le savoir des élèves sur l’environnement. Depuis sa création, le club mène plusieurs activités à travers les différents événements qu’il organise tout au long de l’année scolaire. Il s’agit entre autre de: ramassage des déchets, jardinage, des ateliers sur les changements climatiques et le recyclage… L’une des activités phares du club est l’activité organisée à l’occasion de la journée mondiale des zones humides en collaboration avec le GREPM dont le thème était les zones humides et la biodiversité, l’activité s’est déroulée en quatre phases du 13 au 29 Février 2020. 160 élèves ont bénéficié de plusieurs ateliers et présentations: la biodiversité des zones humides, la migration des oiseaux, la chaine alimentaire et le réseau trophique, la présentation du matériel d’observation d’oiseaux, les zones humides «importance, valeurs et rôles»

L’école primaire Lalla Malika: Une éco-école labélisée «pavillon vert» suite aux efforts déployés pour le respect du programme éco-école initié par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement. Cette école a accompli avec succès un parcours sur des thèmes environnementaux prioritaires et des thèmes complémentaires. On a eu l’opportunité de visiter l’école et d’organiser des séances de sensibilisation au profit de ses élèves. Les principaux thèmes qu’on a abordés étaient: les espèces menacées de disparition et les gestes simples qui participeront à la préservation de la biodiversité.

Les élèves et la biodiversité

Afin de clarifier dans quelle mesure le terme de biodiversité et le concept de perte de la biodiversité sont familiers chez les élèves, nous avons réalisé un sondage auprès d’un échantillon de 9O élèves. Les interviews ont été réalisées à travers un questionnaire.

Les réponses récoltées dans le cadre du sondage ont permis de montrer que les élèves sont conscients des grands enjeux liés à la biodiversité, à son origine, et sa préservation. 

Beaucoup d’efforts ont été déployés pour fonder une culture environnementale dans les écoles en organisant des concours, ou en créant des clubs environnementaux, mais il faut faire encore plus: L’enjeu est de taille !

Les chiffres clés de l’étude 

55% des élèves ont défini la biodiversité comme étant l’ensemble des êtres vivants, 43 % des sondés pensent que la biodiversité se forme des animaux et 2% pensent qu’elle est formée des végétaux.

27% des interviewés estiment que la disparition des espèces animales et végétales pourrait provoquer la diffusion des maladies, 26% pensent que la chute de la biodiversité pourrait provoquer la famine, et 25% pensent qu’il s’agit de la dégradation de la qualité de l’air et de l’eau.

73% des élèves sont convaincus que la disparition de la biodiversité est due aux activités humaines.

La majorité (88%) est consciente que le changement de comportement est devenu une nécessité pour éviter les crises écologiques.

40% des élèves pensent que l’école informe suffisamment sur les questions environnementales.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here