Bank Al-Maghrib: Bientôt un fonds de garantie pour les Associations de micro-crédit

Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al-Maghrib

Bank Al-Maghrib et le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration sont sur le point de finaliser la mise en place d’un fonds de garantie au profit des associations de micro-crédit (AMC). 

L’annonce a été faite à Rabat, par le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri. Présentant devant le Commission des finances et du développement économique à la Chambre des Représentants les réponses de BAM face à la crise de Covid-19, mardi 24 novembre 2020, Jouahri a précisé que ce fonds ambitionne de couvrir les crédits restructurés et additionnels accordés dans le cadre de la réponse à la crise de Covid-19. Il a, dans ce sens, fait savoir qu’un accord cadre créant ce fonds a été signé en date du 12 novembre courant par le ministère et la Caisse centrale de garantie (CCG).

Pour les AMC qui ont été confrontées à un arrêt quasi total des activités d’octroi et de recouvrement, la Banque a mis en place une ligne de refinancement des crédits rééchelonnés ainsi que de nouveaux crédits qui leur sont accordés par les banques au cours de la période allant du 2ème trimestre 2020 au dernier trimestre de 2021, a-t-il souligné. Ce refinancement, a ajouté le Gouverneur de BAM, est trimestriel pour une durée d’un an, notant que la Banque centrale a en outre accepté de reprendre comme garantie, en plus des actifs éligibles aux opérations de politique monétaire, les effets représentatifs de créances sur les AMC.

Par ailleurs et pour répondre aux besoins des banques participatives, une ligne de refinancement des “Wakala Bil Istitmar” conclue avec les banques conventionnelles au cours de la période allant du 2ème trimestre de 2020 au dernier trimestre de 2021 a été mise en place, a-t-il indiqué.

Le refinancement est trimestriel pour une durée d’un an en contrepartie de l’application par les banques bénéficiaires des “Wakala Bil Istitmar” conclues avec des banques participatives et refinancées par Bank Al Maghrib, d’un taux de rendement ne dépassant pas le taux directeur, net des frais de gestion à la charge de la banque participative.

De même, les banques peuvent mobiliser, en garantie du refinancement accordé par BAM, les effets représentatifs de “Wakala Bil Istitmar” conclues avec des banques participatives, a-t-il ajouté.

S’agissant des mesures entreprises avec les banques conventionnelles pour faire face à la crise, Jouahri a fait état de l’élargissement de la liste des actifs éligibles en tant que garantie aux opérations de refinancement, notant que la liste comprend désormais, en plus des titres émis ou garantis par l’Etat et des titres de créances négociables (TCN), les titres de créances émis par les EEP ou des Fonds de Placements Collectifs en Titrisation (FPCT) et les effets représentatifs de créances sur l’Etat (en particulier le remboursement des crédits TVA) ou sur les EEP.

Cette mesure a triplé le potentiel de refinancement des banques qui est passé ainsi de 150 milliards de dirhams (MMDH) à 450 MMDH, soit près de 42% du PIB, à relevé le Wali de BAM.