Cour des comptes: Progression de l’encours de la dette du Trésor

L’encours de la dette du Trésor a plus que doublé depuis 2009 passant de 345,177 milliards de dirhams (MMDH) à 747,996 MMDH en 2019, soit un taux annuel moyen de progression de 8% sur ladite période, selon la Cour des comptes.

“L’année 2019 s’est soldée par un besoin de financement global de l’ordre de 46,170 MMDH, en augmentation de 4,869 MMDH par rapport à 2018. Il se décompose en un déficit budgétaire de 41,672 MMDH et une variation des dépenses en instance de paiement d’un montant de 4,498 MMDH. Pour couvrir ce besoin de financement, le Trésor a fait recours au financement intérieur pour un montant de 29,171 MMDH et au financement extérieur pour un montant de 16,999 MMDH”, précise la Cour des comptes qui vient de rendre public son rapport sur l’exécution du budget de l’État de 2019.

Ainsi, poursuit la même source, l’encours de la dette du Trésor a continué sa tendance haussière avec une progression de 25,376 MMDH (+3,5%) par rapport à 2018, dont 53% sous forme de dette extérieure.

Par conséquent, le ratio de la dette s’est établi à 65,4% du produit intérieur brut (PIB), en quasi-stabilité par rapport au niveau atteint en 2018, représentant un écart de 5,4 points par rapport à l’objectif gouvernemental d’atteindre un niveau d’endettement de l’ordre de 60% annoncé dans le cadre du programme gouvernemental 2017-2021 qui devient de plus en plus difficile à atteindre.

En 2019, la dette intérieure, en progression de 2,1% par rapport à 2018, s’est établie, quant à elle, à 586,497 MMDH, soit 78,4% de l’encours de la dette, fait savoir la même source, ajoutant que la dette extérieure a atteint, pour sa part, 161,499 MMDH contre 147,983 MMDH une année auparavant, soit une augmentation de 13.516 MDH (+9,1%).

“Cette évolution de la dette extérieure du Trésor est due à une hausse de 19,2 MMDH des tirages qui se sont établis à 25,447 MMDH contre 6,247 MMDH en 2018 suite à l’émission, le 21 novembre, d’un emprunt international (Eurobond) pour un montant de 1 milliard d’Euro d’une maturité de 12 ans et à un taux d’intérêt de 1,5%, soit le taux le plus bas jamais obtenu par le Maroc”, explique le rapport.

Par ailleurs, en prenant en considération le montant de 7 MMDH, mobilisé dans le cadre des mécanismes de financement en 2019, l’encours de la dette du Trésor passerait à 754,699 MMDH, soit une progression de 4,5% par rapport à 2018, relève la Cour des comptes, précisant que le ratio de la dette corrigé s’établit, de ce fait, à 65,7% du PIB, soit un écart 5,7 points par rapport à l’objectif gouvernemental d’atteindre un niveau d’endettement de l’ordre de 60% annoncé dans le cadre du programme gouvernemental 2017-2021.

S’agissant de l’encours de la dette des établissements et entreprises publics (EEP), garantie par l’Etat, il a progressé de 3,1% en 2019, passant de 155,3 MMDH à 160,2 MMDH, avec un taux moyen de progression de 5% sur la période 2015-2019, souligne le rapport, notant que la garantie de l’Etat couvre, en 2019, 70,1% de l’encours total de la dette extérieure hors Trésor.

Cette garantie reste concentrée à hauteur de 92,4% sur six principaux EEP, soit le même niveau de concentration enregistré en 2018, à savoir l’Office national de l’électricité et de l’eau (42,768 MMDH), l’Office national des chemins de fer (23,965 MMDH), la société nationale des autoroutes du Maroc (18,955 MMDH), l’Agence marocaine pour l’énergie durable (18,563 MMDH), la Caisse de financement routier (7,425 MMDH) et Tanger Med Special Agency (3,861 MMDH), indique le rapport, ajoutant que pour ces EEP, la garantie de l’Etat couvre la totalité de leur dette extérieure.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here