L’OMS élabore un accord mondial sur les premiers bénéficiaires du vaccin contre le COVID-19

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) élabore un dispositif pour aider à décider qui doit être prioritaire pour un futur vaccin contre le COVID-19, une fois qu’une inoculation aura été trouvée et approuvée, a déclaré jeudi 18 juin, sa responsable scientifique Soumya Swaminathan.

L’OMS a appelé les pays à collaborer à la production en masse d’un vaccin contre le COVID-19, une fois que l’on aura trouvé un vaccin qui fonctionne contre le nouveau coronavirus.

« Quelque 300 vaccins sont actuellement à l’essai dont trois sont sur le point d’entamer la phase finale d’essai sur l’homme », a déclaré aux journalistes lors d’un point de presse par vidéoconférence la cheffe scientifique de l’OMS.

« Si ces essais s’avèrent, il pourrait y avoir quelques centaines de millions de doses d’un ou plusieurs vaccins d’ici la fin de l’année », a ajouté la Dre Swaminathan, ajoutant que des milliards d’autres devraient être disponibles en 2021.

Pour y arriver, les pays doivent toutefois soutenir et investir dans le dispositif d’accès mondial au vaccin COVID-19, connu sous le nom de COVAX, a déclaré la scientifique.

« Nous ne pouvons le faire que si le monde se rassemble, si les pays se réunissent et acceptent ce mécanisme. Nous proposons donc un cadre qui pourrait être utilisé pour décider qui devrait être prioritaire », a annoncé la scientifique de l’OMS.

« Pensez à un groupe de personnes qui sont en première ligne : les conducteurs et les ambulanciers et les autres travailleurs de la santé, mais aussi la police, les employés des épiceries, les travailleurs sanitaires, ce sont ces personnes qui sont très exposées », a énuméré Dre Swaminathan.

La responsable de l’OMS a noté que les personnes à risque, soient les personnes âgées et celles souffrant d’hypertension, de diabète et de démence devraient également bénéficier d’un vaccin.

« Les personnes vivant dans les prisons, les maisons de retraite, les usines et les bidonvilles urbains où des épidémies ont été identifiées devraient également recevoir l’inoculation en priorité », a déclaré la Dre Swaminathan.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here