Mohamed El Houssaini Karrout : «La société ADM est responsable de la sécurité des usagers»

 

La société des autoroutes du Maroc (ADM) est directement concernée par tous les incidents de jets de pierre qui peuvent survenir sur le réseau national des autoroutes, comme l’explique dans cet entretien Mohamed El Hossaini Karrout, avocat, docteur en droit et professeur de la victimologie.

 

Ces dernières années, le fléau des jets de pierres sur les usagers des autoroutes, à partir des ponts, connaît une hausse sans précédent. Selon vous, qui en est responsable?

En principe, les autoroutes du Maroc, c’est payant. Il y a une société qui gère ces autoroutes. C’est l’ADM (Autoroutes du Maroc). Les usagers paient pour ce service et, normalement, un service doit être sécurisé. Normalement, s’il y a une panne, par exemple, au niveau des autoroutes, c’est la société ADM qui doit dégager la voiture en question, pour les autres personnes et ça doit être gratuit, puisque les gens paient à la société. La société doit assurer un service comme il faut. Ainsi, il ne faut pas qu’il y ait des crevasses sur les autoroutes ou qu’il y ait des incidents, comme ces pierres ou tout autre objet dangereux qui peut tomber d’un point élevé sur les usagers des autoroutes, etc. En réalité, c’est l’ADM qui doit assurer la sécurité sur ses autoroutes. La société est directement concernée par tous les incidents qui peuvent survenir sur le réseau national des autoroutes, car elle perçoit des recettes très importantes via ce service. D’ailleurs, sachez que si toutes les personnes ayant été victimes de ces attaques par des jets de pierres font appel à la justice, soyez sûrs et certains que ces gens vont gagner leur procès contre l’ADM. Bien évidement, le nombre des dossiers va être très important. Ce qui signifie que le montant des indemnités sera très élevé. On peut facilement dire que ce montant va atteindre des milliards. Ce qui poussera certainement la société des autoroutes du Maroc à réfléchir à trouver des solutions à ce problème d’agressions sur nos autoroutes.

Qu’en est-il de la responsabilité des services sécuritaires, notamment quand ces incidents de jets de pierres surviennent au niveau des axes urbains de l’autoroute?

La police ne peut pas sécuriser toutes les zones. Certes, la police judiciaire peut intervenir quand il y a des crimes qui sont commis sur l’un des axes. Et donc, il va y avoir une sécurité publique, qui va être assurée par ces services via leurs interventions. Mais en aucun cas, cette sécurité publique ne peut être assurée à 100%. Sinon, nous aurions besoin de 30 millions de policiers pour 30 millions de Marocains. Ce qui est impossible. La police a des missions bien précises sur le plan sécuritaire et ce n’est pas elle qui va tout faire. Autrement, pourquoi avoir créé ces sociétés privées de sécurité? Quand il s’agit d’entreprises qui perçoivent de l’argent contre un service, comme c’est le cas pour l’ADM, eh bien, c’est à elles d’assurer la sécurité des usagers sur leur réseau autoroutier à travers le pays. En fait, ça doit être la même chose que pour un mall ou une banque, lesquels font appels à des sociétés de sécurité.

Selon vous, quelles sont les mesures devant être mises en place pour lutter contre ce problème d’insécurité sur les autoroutes au Maroc?

D’abord, je dois dire que les personnes ayant été victimes des attaques sur les autoroutes sont très nombreuses. Certaines personnes ont même trouvé la mort lors de ces incidents. D’autres, malheureusement, sont devenues des handicapés à cause de ces agressions. Il faut absolument mettre en place des mesures urgentes pour contrer ce problème, en particulier des grillages, des caméras, de l’éclairage… Les ponts doivent être bien éclairés. A savoir que certains ponts constituent des points noirs et sont d’ailleurs connus de tous… Ces ponts doivent être bien sécurisés. A noter que c’est l’axe Casa-Rabat qui est le plus dangereux et où le risque est le plus élevé.

Il est à souligner dans ce cadre que, certes, des caméras sont installées. Mais il n’y en a pas assez pour contrôler tous le réseau des autoroutes. On doit donc en mettre davantage. Dois-je le rappeler, l’ancien ministre de l’Intérieur avait imposé aux banques d’installer des caméras pour se protéger contre les vols. Toutes les banques avaient à l’époque exécuté la décision du ministre, sauf une qui a refusé d’installer des caméras. L’ancien ministre avait alors ordonné la fermeture de cette banque… En fait, le but d’une telle décision, c’est avant tout de se protéger contre tous les risques. D’ailleurs, maintenant que toutes les banques au Maroc ont installé des caméras et qu’elles ont fait appel à des agents de sécurité, les risques de vol ont beaucoup diminué. L’ADM doit prendre toutes les mesures nécessaires pour dissuader les voyous de s’adonner à leurs actes criminels. Car, disons-le, quand ces voyous trouvent le lieu favorable, ils s’adonnent facilement à leur actes criminels.

Que faut-il donc faire pour réussir le pari de sécuriser nos autoroutes?

 Il faut surtout une loi qui organise ce secteur des autoroutes au Maroc. Une loi qui va fixer la mission des agents qui auront la charge de la sécurité sur les autoroutes, c’est-à-dire une police de route dotée d’une «autorité», pour établir des PV et assurer cette sécurité. En fait, c’est cette loi qui va imposer à la société des autoroutes du Maroc d’installer, comme je l’ai souligné, des grillages et des caméras.

Interview réalisée par Naîma Cherii

 

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here