Commémoration du 74ème anniversaire du Manifeste de l’indépendance

La présentation du Manifeste de l’indépendance le 11 janvier 1944, dont le peuple marocain commémore, ce jeudi, le 74ème  anniversaire, constitue une étape charnière sur le chemin de la lutte nationale pour la liberté et l’indépendance.

La signature de ce document par 64 membres du mouvement national, dont une femme, et sa remise, le 11 janvier 1944, aux autorités coloniales et aux représentations des puissances étrangères (Etats-Unis, Grande-Bretagne et Ex-Union soviétique), dans lequel l’indépendance du Maroc, sous le règne de SM Mohammed Ben Youssef, avait été réclamée de vive voix pour la première fois, était un message fort et sans ambages exprimant le refus catégorique des Marocains de continuer de vivre sous tutelle et symbolisant le vœu exprimé par toute une Nation afin de redresser le cours de l’histoire.

Le Manifeste de l’indépendance comportait, en particulier, des revendications relatives à la politique générale, dont le recouvrement du Maroc de son indépendance, sous la conduite du Souverain, Sidi Mohammed Ben Youssef, et les démarches entreprises auprès des pays concernés dans le but de concrétiser et traduire dans les faits cette revendication, somme toute, légitime.

En outre, ce document, de par les valeurs et principes qu’il renfermait, n’a fait que consolider la détermination du peuple marocain à déployer davantage d’efforts et à persévérer sur la voie du renforcement de l’unité nationale et l’édification des bases d’une société démocratique et solidaire.

La publication du Manifeste de l’indépendance fut, en effet, l’aboutissement d’intenses contacts entre le Palais royal et le mouvement national et a constitué le cheminement logique ayant couronné plus de trente années de lutte du peuple marocain à travers toutes les régions du Royaume.

Les signataires réclamaient la fin du Protectorat et l’accès du Royaume à l’indépendance sous l’égide de feu SM Mohammed V. Ils avaient en outre sollicité de Sa Majesté d’entreprendre avec les nations intéressées des négociations ayant pour objet la reconnaissance et la garantie de cette indépendance.

La résidence a réagi en faisant pression sur le Sultan Mohammed Ben Youssef afin de le pousser à abandonner la revendication de l’indépendance et de condamner publiquement le manifeste. Cette réaction a eu un effet contraire aux attentes des autorités colonialistes, déclenchant une vague de manifestations et de soulèvements qui ont secoué toutes les régions du pays, faisant de nombreux martyrs.

Malgré la politique répressive poursuivie par les autorités coloniales, la lutte nationale a gagné en intensité sous la conduite de feu SM Mohammed V, que Dieu ait son âme, qui a saisi la tenue de la Conférence d’Anfa en janvier 1943 pour inscrire la question de l’indépendance du Maroc à l’ordre du jour mettant en valeur la participation effective des soldats marocains aux côtés des alliés.

Grâce à cette initiative, le sultan Mohammed V se voit confirmer le soutien des Etats-Unis à l’indépendance du Maroc, une fois la guerre finie, par le président Franklin Roosevelt.

Feu SM Mohammed V avait aussi décidé de défier les forces d’occupation, en effectuant le 09 avril 1947 sa visite historique à Tanger et au cours de laquelle il avait prononcé un discours historique dans lequel il avait réitéré les fondements du peuple marocain, ses aspirations et son attachement à ses valeurs religieuses et nationales.

Poursuivant sa lutte, le regretté Souverain avait renouvelé ses positions en faveur de l’indépendance du Royaume lors de sa visite en octobre 1950 en France. Les positions constantes de feu SM Mohammed V de refuser les plans du colonisateur avaient amené les autorités du protectorat à exiler le père de la Nation, son compagnon de lutte, feu SM Hassan II et la famille royale.

Cet acte odieux fut à l’origine du déclenchement des opérations de la résistance qui s’étaient poursuivies jusqu’au retour au Trône de feu Mohammed V.

La Commémoration de la présentation du manifeste de l’indépendance constitue ainsi une fierté nationale qui offre l’opportunité aux jeunes et futures générations de méditer les leçons, les enseignements et la valeur des épopées du Roi et du peuple pour le recouvrement de l’indépendance et le parachèvement de l’intégrité territoriale nationale.

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here